[../pages/sunset_index.html]
[mailto:chv@christophe-vivant.net]
[../foire_aux_questions/foire_aux_questions.html]
[../pages/sunset_index.html]
[../en_pleine_air/en_pleine_air.html]
[../prado_del_este/prado_del_este.html]
[../mains/mains.html]
[../nus_en_pierre/nus_en_pierre.html]
[../nus_en_bois/nus_en_bois.html]
[../figures/figures.html]
[../animaux/animaux.html]
[../objets/objets.html]
[../prado_del_este/prado_del_este.html]
[./le_mas_reynes.html]
[../en_pleine_air/en_pleine_air.html]
[../pas_a_pas_caoba/pas_a_pas_caoba.html]
[../en_pleine_air/en_pleine_air.html]
[../los_anaucos/los_anaucos.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Christophe Vivant          Sculpteur

1992, le  deuxième coup d’état éclate. Notre retour en France est inévitable. Arrivé à Montpellier  j’installe mon  Atelier dans la grande serre d’un vieux mas. Plutôt étrange pour le travail du bois…avec des rideaux et des stores j’ai résolu le problème de la chaleur.  Le cadre est parfait. L’atelier est au centre d’une cour ombragée par des Jujubiers centenaire et le Mas, couvert de vignes vierges est lui-même entouré par des pins et micocouliers majestueux. Je travaille simultanément dans l’atelier, la cour et le parc.

Le mas Reynes
En pleine air